Close

22/01/2019

Ebola : un essai clinique au cœur de l’Afrique

« Un an après le début des premières vaccinations, la quasi-totalité des personnes incluses se sont présentées à toutes les visites de suivi au centre de Mafèrinyah, et 95 % à Landréah. C’est assez remarquable ; tous les participants veulent contribuer à l’effort mené pour combattre Ebola », souligne Keira Camara, médecin investigateur du centre de vaccination de Landréah en Guinée.

Le consortium international PREVAC regroupe l’Inserm, les National Institutes of Health (NIH) américains, la London School of Hygiene and Tropical Medecine (LSHTM) et les autorités sanitaires des quatre pays participants (Guinée, Libéria, Mali et Sierra Leone). Trois compagnies pharmaceutiques fournissent les vaccins testés : Janssen Vaccines & Prevention, B.V. (une des entreprises Janssen Pharmaceutical de Johnson & Johnson), Bavarian Nordic et Merck Sharp & Dohme Corp.

Et pourtant, dans un contexte de traumatisme et de défiance générale autour d’Ebola, le défi était de taille pour l’Inserm et ses partenaires du consortium PREVAC (Partnership for Research on Ebola VACcination) : lancer un essai clinique de grande ampleur en Afrique pour tester les stratégies de vaccination les plus prometteuses contre ce fléau qui a fait près de 30 000 victimes en 2014.

Sur le terrain, une des clés du succès repose sur la collaboration entre l’équipe d’anthropologues de PREVAC et des « champions communautaires », dont l’autorité et la légitimité reconnues par les populations contribuent à ce qu’elles s’approprient l’essai. Au sein des quartiers, l’équipe PREVAC, avec l’appui des « champions », multiplie les réunions de sensibilisation pour recruter des volontaires.

Pour Sylvain Faye, anthropologue de l’essai clinique, « il ne fait aucun doute que la prise de conscience qu’un essai vaccinal est aussi un processus social » est une des grandes forces du projet. 5 000 personnes, dont la moitié d’enfants, seront à terme recrutées dans l’essai dans les quatre pays participants (Guinée, Libéria, Mali et Sierra Leone).

Un an et demi après le début de l’opération, près de 1 000 personnes ont d’ores et déjà été incluses en Guinée et 4 500 sur l’ensemble des pays. Chaque jour, près de 70 volontaires sont reçus au sein des deux centres guinéens de vaccination, gérés par l’organisation non gouvernementale Alima, partenaire de l’Inserm pour le projet. Plongée au cœur de PREVAC.

 

Source: Inserm

Top