Close

08/10/2018

Hépatite E : de plus en plus de cas détectés en France

« L’augmentation des diagnostics recensés par le Centre national de référence (CNR) à Toulouse et ses partenaires est liée à de meilleurs tests et à une plus grande sensibilisation des médecins à l’existence de cette infection en métropole », explique à l’AFP Henriette de Valk, coauteure de l’étude parue dans le Bulletin épidémiologique (BEH) du 11 septembre 2018. Parallèlement, le nombre de personnes hospitalisées pour hépatite E a augmenté (57 versus 653), avec des taux d’incidence (nouveaux cas) annuelle plus élevés dans les régions du Sud : Occitanie (Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon), Paca et Corse.

« L’hépatite E est reconnue à ce jour comme une infection autochtone (contractée sur place dans le pays et non importée par des voyageurs) fréquente avec une transmission alimentaire, alors qu’elle était considérée comme une infection importée peu fréquente » il y a une dizaine d’années, constatent les auteurs. Le porc, principal réservoir du virus de l’hépatite E en France, est à l’origine d’une transmission alimentaire, particulièrement les produits à base de foie cru ou peu cuit (comme les figatelli corses, des saucisses de foie de porc).

Une contamination par des foies crus de porc

« Des discussions sont en cours pour l’introduction d’un dépistage génomique viral systématique des dons de sang à partir de 2019 », indiquent les auteurs. Cette technique permet de détecter des infections très récentes, avant même que les anticorps fabriqués par l’organisme, qui a été en contact avec le virus, soient détectables par les tests sanguins.

Dans le monde, l’hépatite E touche chaque année plus de 20 millions de personnes et a été responsable de 44.000 décès en 2015, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le virus de l’hépatite E, présent dans les selles des sujets infectés, se transmet en buvant de l’eau contaminée, en mangeant de la viande infectée peu ou pas cuite, essentiellement à base de foie de porc. L’hygiène des mains, insuffisante avant de manipuler les aliments, peut contribuer à propager l’infection. Selon les estimations d’une étude publiée en début d’année, le virus de l’hépatite E serait d’origine alimentaire dans 59.300 cas, dont un peu plus de 500 hospitalisés et 18 décès, chaque année en métropole. La cuisson à cœur (71 °C pendant 20 minutes pour inactiver le virus) des produits les plus à risque, en particulier ceux à base de foie cru de porc et des produits à base de sanglier ou de cerf, est recommandée.

Hépatite E : attention à la viande trop peu cuite !

Article de Destination santé paru le 1er mai 2011

Des cas d’hépatite E survenus dans la région Paca seraient dus à la consommation de saucisses de foie ou autres préparations à base d’abats insuffisamment cuites. Pensez-donc à bien cuire ce type d’aliment… ou à éviter leur consommation si vous êtes une « personne sensible » !

Le ministère en charge de la santé révèle qu’une dizaine de cas d’hépatite E ont été récemment observés dans la région Provence – Alpes – Côte d’Azur (Paca). Cette flambée pourrait être liée à la consommation de saucisses fraîches de foie d’origine porcine, soit crues soit insuffisamment cuites. 

Dans les cas faisant l’objet de cette alerte des pouvoirs publics, les produits incriminés avaient été élaborés à partir de viande et d’abats de porc, de sanglier ou de cerf. Le ministère de la Santé évoque en effet la possibilité que ces infections aient été provoquées par des saucisses donc, mais aussi de la fressure qui est une préparation de tripes associant du foie, du cœur, du poumon et de la rate.

Des précautions à prendre

Les conseils des pouvoirs publics tiennent du bon sens. « À tous les consommateurs : faites bien faire cuire ces produits. Aux personnes sensibles (femmes enceintes, personnes immunodéprimées et personnes présentant déjà une maladie du foie), ne les consommez pas. »

Caractérisée par une inflammation aiguë ou chronique du foie, l’hépatite E se manifeste le plus souvent par une grande fatigue ou un ictère, c’est-à-dire une jaunisse. Dans sa forme la plus aiguë cependant elle peut être mortelle. Et là encore les personnes âgées, les femmes enceintes ou les patients souffrant déjà d’une maladie hépatique sont particulièrement vulnérables.

Top