Close

16/12/2018

Un bébé naît grâce à un utérus greffé provenant d’une donneuse décédée

La petite fille est née au Brésil le 15 décembre 2017 à 35 semaines de grossesse ; elle pesait 2,550 kg. Sa maman n’avait pas d’utérus, de naissance, à cause d’un syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser ou syndrome de MRKH. En septembre 2016, à 32 ans, elle a subi une greffe d’utérus. La donneuse, décédée à 45 ans d’un AVC, avait connu trois accouchements par voie vaginale.

L’opération de greffe a duré 10 heures et demie et un traitement immunosuppresseur a été mis en place pour éviter le rejet. Cinq mois plus tard, la patiente avait des cycles réguliers ; ses premières règles étaient apparues 37 jours après la greffe. Quatre mois avant la greffe, la patiente avait suivi un protocole de fécondation in vitro (FIV) qui avait permis d’obtenir huit embryons qui ont été congelés. Les patientes qui souffrent du syndrome de MRKH ont en effet un fonctionnement ovarien normal.

Globalement la grossesse s’est bien déroulée, hormis une infection ayant donné lieu à un traitement antibiotique à l’hôpital à 32 semaines. © sakurra, Fotolia

Sept mois après la greffe, un des embryons congelés a été implanté dans l’utérus et, dix jours après l’implantation, la grossesse de la patiente a été confirmée. Au moment de la naissance par césarienne, l’utérus greffé a été retiré puis le traitement immunosuppresseur a été suspendu. Lorsque les auteurs ont rédigé leur article pour The Lancet medical journal, le bébé avait plus de sept mois. Elle allait bien, était toujours allaitée et pesait 7,2 kg.

D’autres greffes d’utérus ont été décrites avec une donneuse vivante, provenant de la famille de la receveuse ou de son cercle d’amies proches. Or, le nombre de personnes susceptibles de donner leurs organes à leur mort est plus élevé que celui des donneuses vivantes potentielles. De plus, le recours à une donneuse décédée permet d’éviter des complications à une donneuse vivante.

En 2013, en Suède, est né le premier bébé issu d’un utérus greffé provenant d’une donneuse vivante (voir article ci-dessous). Ensuite, il y a eu 39 autres tentatives similaires, donnant lieu à 11 naissances vivantes.

  • Pour la première fois au monde, un bébé est né d’un utérus greffé provenant d’une donneuse décédée.
  • La maman n’avait pas d’utérus de naissance.
  • L’opération de greffe a duré plus de dix heures.
  • L’embryon issu d’une FIV a été implanté dans l’utérus.
  • L’utérus greffé a été retiré au moment de la césarienne qui a donné naissance à une petite fille de 2,550 kg.

Un espoir pour des femmes souffrant d’infertilité utérine

Cette première mondiale apporte une lueur d’espoir aux femmes souffrant d’infertilité pour des causes utérines : une grossesse viable est possible avec un utérus d’une donneuse décédée. Dix autres greffes d’utérus de donneuses décédées ont été tentées aux États-Unis, en République tchèque et en Turquie, mais aucune n’a donné lieu à une naissance vivante. Ce serait le premier cas de greffe d’utérus réussie en Amérique latine.

 

Source: Futura Santé

Top